La Pointe Courte : petit port de Sète à l’ancienne

La Pointe Courte, situé dans sa partie nord et donc face à l’étang de Thau, est un quartier de cabanons de pêcheurs, une petite ville retranchée dans la ville, protégé du tumulte touristique. Ce quartier sétois ne peut laisser indifférent.

Maisons colorées

Construit de manière anarchique sur les rives de l’étang de Thau, la Pointe Courte est comme la marque indélébile d’un passé qui ne veut pas s’estomper. Des maisons colorées d’un étage, un quai ­ celui du Mistral­, deux rues et quelques ruelles qui renvoient aux traditionnelles joutes marines : traverse des Tambours, des Rameurs, des Barreurs, des Jouteurs.

Les Pointus et leur gastronomie

Quartier de la pêche, nommé “les petits métiers de l’étang”, les habitants de la pointe courte se font appeler “les pointus”. Leur racines restent italiennes, les premiers pêcheurs venaient des environ de Naples et on revendique force macaronadetielles et baudroies en bourride, une gastronomie et une culture italienne populaires. Un après-midi d’été on imagine bien les habitants faire la sieste à l’heure la plus chaude, tandis que d’autres, à l’abri du soleil, surveillent d’un œil plus ou moins attentif les gosses qui profitent des eaux de l’étang. Le temps est comme figé.

Chats, art, proverbes…

Au bord de l’étang, il reste des cabanons en bois dont l’un est un refuge pour les chats géré par l’association Pattes de velours. Certains sont faits de bric et de broc, d’autres soigneusement repeints de bleu. Ils délivrent calembours, peintures, photos de joutes, créations d’art modeste, proverbes locaux…

Le quartier devient célébrité

En 1954, Agnès Varda, alors jeune photographe, y tourna son premier film, La Pointe Courte, précurseur de la Nouvelle Vague. C’est elle qui fit entrer le quartier dans la célébrité. La cinéaste, décédée le 29 mars 2019, garda toute sa vie des relations privilégiées avec Sète et avec les Pointus.

Une traverse au cœur de la presqu’île porte son nom. Une superbe fresque est apparue à l’occasion du festival international d’art contemporain Sète-Los Angeles en septembre 2019. Signée de l’artiste américaine, Barbara Carrasco, elle offre un hommage, façon images de cinéma, au film d’Agnès Varda sur le quartier. Sur le mur, dans une palette, d’autres signatures s’ajoutent à celle de Barbara Carrasco.

Toujours de l’authenticité

Le quartier s’est sans doute enrichi, mais il a su garder un agréable parfum d’authenticité. Très agréable, les habitants jouent un peu le jeu pour les quelques touristes avertis qui viennent découvrir ce coin à l’écart des sentiers battus.

A deux pas du Piade

Marchez à pied en moins de 10 minutes depuis Le Piade sur le Pont Sadi-Carnot puis suivez la piste cyclable sous le Pont Maréchal-Foch, un pont basculant / roulant ferroviaire situé à côté du pont Sadi-Carnot.

Please follow and like us: